Nouveau

Dix faits sur les pèlerins que vous devez savoir

Dix faits sur les pèlerins que vous devez savoir



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

L'histoire des pèlerins de la colonie de Plymouth est bien connue en ce qui concerne les faits de base : ils ont navigué sur le Fleur de mai, arrivés au large des côtes du Massachusetts le 11 novembre 1620 de notre ère, ont débarqué à Plymouth Rock, la moitié d'entre eux sont morts le premier hiver, les survivants ont établi la première colonie prospère en Nouvelle-Angleterre et ont célébré plus tard ce qui est devenu le premier Thanksgiving en compagnie de leurs voisins amérindiens. Leur succès encouragea la poursuite de la colonisation et, moins de dix ans après leur arrivée, les colonies anglaises prolifèrent le long de la côte est de l'Amérique du Nord dans ce qui allait devenir les États-Unis.

L'histoire des pèlerins était déjà devenue un mythe fondateur des États-Unis au 19ème siècle lorsque le président Abraham Lincoln (servi 1861-1865 CE) a décrété le 4ème jeudi de novembre la fête nationale de Thanksgiving, et depuis lors, l'histoire ci-dessus est répété avec peu de changement. Les pèlerins étaient des êtres humains, pas des personnages, et leur histoire a une profondeur beaucoup plus grande que la version glose présentée chaque année en novembre aux États-Unis à travers des reconstitutions historiques, des lectures et d'autres célébrations. Voici dix faits de pèlerinage fréquemment négligés, déformés ou ignorés.

Portaient des vêtements lumineux

Contrairement aux images traditionnelles, les pèlerins ne portaient pas de grands chapeaux noirs avec des boucles, ni de boucles sur leurs chaussures.

Les pèlerins ne se limitaient pas à des vêtements entièrement noirs et, en fait, portaient des vêtements aux couleurs vives la plupart du temps. Leurs tenues noires étaient portées le jour du sabbat et à des occasions connues sous le nom de Jours d'humiliation où ils se repentaient de leurs péchés et demandaient pardon. Dans leur vie quotidienne, leurs garde-robes étaient assez vastes et divers articles étaient de plusieurs couleurs différentes. Cela a été établi par les inventaires des biens personnels rédigés pour homologation après un décès. Bien que les pères pèlerins tels que William Bradford (l. 1590-1657 CE), William Brewster (l. 1568-1644 CE) et Edward Winslow (l. 1595-1655 CE) soient régulièrement représentés dans leur costume de pèlerin sombre, leurs inventaires montrent un côté beaucoup plus lumineux.

Bradford aimait un gilet écarlate et une cape violette, Brewster préférait des casquettes de différentes couleurs, un manteau violet et des sous-vêtements verts, et Winslow, comme beaucoup d'autres, portait des vêtements roux (un gilet ou une cape) sur une chemise en lin blanc. Contrairement aux images traditionnelles, les pèlerins ne portaient pas de grands chapeaux noirs avec des boucles sur eux, ni n'avaient de boucles sur leurs chaussures ; cette image est une construction du XIXe siècle de notre ère. Les boucles n'étaient pas disponibles pour les gens ordinaires d'Angleterre c. 1620 CE, et même s'ils l'avaient été, les pèlerins désapprouvaient toute ornementation.

Mayflower était l'un des deux navires

Bien que le nom du Fleur de mai est bien connu comme le célèbre navire des pèlerins, il n'a jamais été prévu de les transporter tous en Amérique du Nord. Les personnes qui sont devenues connues sous le nom de pèlerins étaient des séparatistes puritains qui avaient déménagé d'Angleterre à Leyde, aux Pays-Bas, échappant à la persécution de Jacques Ier d'Angleterre (r. 1603-1625 CE) et de son Église anglicane qui ne tolérait pas la dissidence religieuse. Après 12 ans aux Pays-Bas, ils ont dû déménager à nouveau et ont acheté un navire à passagers connu sous le nom de Véronique pour les faire traverser l'Atlantique. Les Fleur de mai, loué pour eux par l'aventurier marchand Thomas Weston (l. 1584 - vers 1647 de notre ère) qui a organisé le financement de l'expédition, n'était destiné qu'à leur servir de cargo et à transporter tout débordement de passagers.

Une fois le groupe embarqué en juillet 1620 CE, cependant, le Véronique fuite, et ils ont dû retourner à terre à deux reprises pour des réparations, abandonnant finalement le navire, et un certain nombre de passagers sont alors montés à bord du Fleur de mai tandis que d'autres sont restés en arrière. On découvrit plus tard, selon Bradford, que le capitaine du Véronique avait volontairement surmâté le navire afin de le faire fuir afin qu'il puisse se retirer de son contrat qui l'obligeait, lui et son équipage, à rester en Amérique du Nord pendant un an. Véronique pourrait servir les besoins des colons. Une fois la Fleur de mai s'éloigna, le Véroniqueles mâts de ont été taillés, et il a continué en service jusqu'en 1635 CE sans problème.

Vous aimez l'histoire ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Tous les passagers du Mayflower n'étaient pas des pèlerins

Initialement, la congrégation séparatiste de Leyde a contracté avec Weston pour se transporter uniquement vers le Nouveau Monde. Cependant, Weston ne s'intéressait pas à leurs convictions religieuses ou à leurs projets d'établir leur propre communauté, car sa principale responsabilité était de reverser un profit aux investisseurs. Il a donc embauché ou invité un certain nombre d'autres à se joindre à l'expédition qui étaient anglicans et que les séparatistes appelaient des étrangers (ceux qui n'étaient pas de leur foi), y compris certains des membres les plus connus de la colonie de Plymouth tels que Stephen Hopkins. (l. 1581-1644 CE) et Richard Warren (lc 1578-1628 CE). D'autres étrangers bien connus étaient le capitaine Myles Standish (l. 1584-1656 CE) et John Alden (l. 1598-1687 CE), mais Weston n'avait rien à voir avec ces deux-là. Standish était un ami de la congrégation qui a été personnellement invité, tandis qu'Alden était un tonnelier et charpentier qui faisait partie de l'équipage.

Ils étaient censés atterrir en Virginie

Les Fleur de mai était censé traverser l'Atlantique au milieu de l'été sur une route directe vers le Virginia Patent où les Anglais avaient établi la colonie de Jamestown en Virginie en 1607 CE. Bien que Jamestown ait eu des difficultés au début, en 1620 de notre ère, elle était florissante en raison de sa récolte de tabac lucrative, et la congrégation de Leiden avait prévu de s'installer au nord, assez loin pour ne pas être dérangée par ceux qui ne partageaient pas leur foi mais proches assez pour leur permettre de demander de l'aide.

En raison des problèmes avec le Véronique, les Fleur de mai n'a pas quitté l'Angleterre avant le 6 septembre 1620 CE lorsque la mer était plus agitée, et le navire a dévié de sa route, apercevant finalement la terre le 9 novembre 1620 CE et le reconnaissant comme étant le Massachusetts. Christopher Jones, capitaine de la Fleur de mai (l. 1570-1622 CE), a tenté de descendre la côte jusqu'en Virginie, mais le manque de ravitaillement, le mauvais temps et les hauts-fonds dangereux l'ont empêché, l'obligeant à faire demi-tour et à installer les passagers dans le Massachusetts. S'il n'y avait pas eu le schéma de la Véronique, l'expédition aurait navigué en juillet, débarqué probablement en Virginie, et l'histoire de la colonisation de la Nouvelle-Angleterre serait bien différente.

Influence compacte Mayflower

Les Fleur de mai le brevet des passagers n'était valable qu'en Virginie, et une fois qu'il a été déterminé qu'ils devraient s'installer dans le Massachusetts, certains des étrangers ont fait remarquer qu'ils vivraient désormais comme bon leur semble puisque le brevet - et donc la loi anglaise - n'avait aucune autorité dans leur nouvelle maison. Les membres de la congrégation de Leyde s'y sont opposés, reconnaissant qu'ils devraient tous travailler ensemble pour survivre, et encore moins faire des bénéfices et donc certains d'entre eux, très probablement dirigés par le futur premier gouverneur John Carver (l. 1584-1621 CE) , a composé le Fleur de mai Compact, un document juridique établissant une forme de gouvernement démocratique qui donnait à chaque homme de plus de 21 ans le droit de voter dans les lois de la colonie.

Cet accord a été signé par 41 des hommes à bord du Fleur de mai et servirait de base politique et juridique pour la colonie jusqu'en 1691 CE lorsque Plymouth a été absorbée par la plus grande Massachusetts Bay Company. Le document aurait cependant une influence considérable, d'abord dans la création des articles de la Confédération de la Nouvelle-Angleterre en 1643 de notre ère, puis dans les constitutions d'État inspirantes, la Déclaration d'indépendance et la Constitution des États-Unis.

Rejet de John Smith

Les histoires de la colonie de Plymouth et de Jamestown sont souvent racontées comme si l'une n'avait rien à voir avec l'autre, mais en réalité, les histoires sont entrelacées. Lorsque les pèlerins recherchaient et organisaient leur expédition, ils ont d'abord approché le capitaine John Smith (l. 1580-1631 CE) pour être leur guide. Smith était l'un des premiers colons de Jamestown et son chef jusqu'à ce qu'il soit blessé dans une explosion de poudre à canon en 1609 de notre ère et retourne en Angleterre. Après s'être rétabli, il est retourné au Nouveau Monde en 1614 de notre ère et a cartographié la Nouvelle-Angleterre, nommant même l'endroit (ou demandant au roi Jacques Ier de le nommer) où les pèlerins s'installeraient finalement.

Après avoir conféré avec Smith, cependant, les pèlerins ont estimé qu'il était trop cher et que son caractère était trop fort et qu'il pourrait finir par dominer le groupe. Smith les critiquera plus tard comme des fanatiques têtus qui ne pourraient rien apprendre « jusqu'à ce qu'ils soient battus avec leur propre bâton » (Philbrick, 60 ans). le site de Boston d'aujourd'hui était le meilleur pour une colonie mais, au lieu de cela, ils ont passé plus d'un mois - du 11 novembre au 21 décembre 1620 CE - à chercher sur le littoral un endroit approprié pour s'établir, avant de finalement choisir Plymouth. Après avoir rejeté Smith, les pèlerins ont ensuite invité Myles Standish à être leur conseiller militaire et leur guide, bien que Standish n'ait jamais été en Amérique du Nord. Le seul passager à bord du Fleur de mai qui avait une expérience dans le Nouveau Monde était Stephen Hopkins.

Stephen Hopkins et Shakespeare

Stephen Hopkins a quitté l'Angleterre à bord du navire le Aventure en mer fournir Jamestown en 1609 CE comme assistant du prêtre anglican Richard Buck qui était envoyé comme aumônier. Les Aventure en mer portait également le nouveau gouverneur, Sir Thomas Gates (l. 1485-1622 CE), était commandé par Sir George Somers (l. 1554-1610 CE), et a fait naufrage dans une tempête au large des côtes des Bermudes. Les Bermudes avaient été découvertes par l'explorateur espagnol Juan de Bermudez (mort en 1570 de notre ère) en 1505 de notre ère, mais n'ont jamais été colonisées à cause de sons étranges et de vues étranges rapportées par l'équipage (probablement des oiseaux tropicaux) interprétés comme des démons et des sorcières et les îles ont été connu comme l'île des diables.

les Sea Venture's l'épave informera plus tard la pièce de Shakespeare La tempête & Hopkins inspirerait le personnage de Stefano.

L'écrivain William Strachey (l. 1572-1621 CE), qui était également à bord du Aventure en mer, a écrit un compte rendu de l'épave et de leur séjour échoué aux Bermudes, qui comprenait des détails sur les problèmes de Hopkins avec Gates lorsque Hopkins a suggéré que leur brevet n'avait aucune autorité ici et que les gens pouvaient vivre comme ils le souhaitaient. Hopkins, en fait, a failli être pendu pour trahison par Gates jusqu'à ce que Somers, Strachey et d'autres interviennent. Le récit de Strachey informera plus tard la pièce de William Shakespeare La tempête et Hopkins inspirerait le personnage de Stefano. Après des mois aux Bermudes, les passagers et l'équipage sont partis à bord de deux navires qu'ils avaient construits et ont atteint Jamestown en mai 1610 CE. Hopkins partit pour l'Angleterre en 1614 de notre ère lorsqu'il apprit que sa première femme était décédée et que ses expériences serviraient plus tard bien la colonie de Plymouth.

Le roi Jacques Ier et la Bible

Le roi Jacques Ier mentionné dans l'histoire des pèlerins comme leur persécuteur est le même monarque qui a décrété une nouvelle traduction de la Bible - la traduction du roi Jacques - l'une des versions les plus souvent citées de l'ouvrage en raison de la beauté de sa langue et phrasé. L'Église anglicane a été fondée par le roi Henri VIII d'Angleterre (r. 1509-1547 CE) qui a rompu avec l'Église catholique et autorisé la traduction connue sous le nom de La Grande Bible en 1538 CE, mais ce travail n'a jamais été aussi populaire que la Bible de Genève ( publié pour la première fois en Angleterre en 1576 CE) qui a été fortement influencé par la théologie de Jean Calvin (l. 1509-1564 CE) qui a directement influencé la vision des puritains.

La congrégation de Leyde a utilisé la Bible de Genève dans leurs services, tout comme d'autres dissidents religieux. Dans un effort pour créer une version plus populaire de la Bible qui serait alignée sur les croyances et les pratiques anglicanes, Jacques Ier a ordonné la création de sa propre version de l'ouvrage à compléter par 47 érudits, supervisés par l'archevêque de Cantorbéry Richard Bancroft ( l. 1544-1610 CE), et l'ouvrage a été publié pour la première fois en 1611 CE. La persécution des dissidents religieux par Jacques Ier et la création de la Bible King James sont toutes deux nées du besoin de Jacques Ier d'imposer le contrôle sur la vie spirituelle de ses sujets alors qu'il assimilait le pouvoir de l'Église à son emprise sur le trône.

Samoset & Squanto

Samoset (également appelé Somerset, l. 1590-1653 CE) et Squanto (également connu sous le nom de Tisquantum, l. 1585-1622 CE) sont les deux Amérindiens bien connus qui figurent régulièrement dans l'histoire du premier Thanksgiving. Ils n'étaient pas membres de la tribu Pokanoket qui formait la plus grande partie de la Confédération Wampanoag gouvernée par Ousamequin (mieux connu sous son titre, Massasoit, l. 1581-1661 CE) qui serait si déterminant pour aider la colonie de Plymouth. Selon le colon voisin Thomas Morton (l. 1579-1647 CE), Samoset était un prisonnier de Massasoit qui s'est vu offrir sa liberté en échange d'avoir agi comme envoyé à la colonie de Plymouth. Le 16 mars 1621 CE, Samoset entra dans la colonie, saluant les colons en anglais, et les présenta plus tard à Squanto et Massasoit.

Squanto avait été kidnappé en 1614 CE par Thomas Hunt, un associé de John Smith, pour être vendu comme esclave en Espagne. Il s'est rendu en Angleterre puis en Amérique du Nord en compagnie du capitaine Thomas Dermer. Squanto a découvert que tout son village était mort de la peste, et Dermer a été attaqué et chassé par les Amérindiens et Massasoit a donc pris Squanto. Il a peut-être aussi été prisonnier et a servi le chef principalement comme interprète avec les Anglais. Entre 1621-1622 CE, Squanto a secrètement essayé de saper l'autorité de Massasoit avec la Confédération Wampanoag, en faisant jouer les colons, les clans tribaux et Massasoit les uns contre les autres. Il est mort, peut-être empoisonné par des agents de Massasoit, en 1622 CE. Samoset disparaît du récit après avoir rempli son rôle d'envoyé.

Massasoit et le traité de paix

Massasoit et le gouverneur de l'époque, John Carver, ont signé un traité de paix le 22 mars 1621 CE qui, bien que parfois tendu, serait honoré par les deux parties jusqu'après la mort de Massasoit en 1661 CE. On prétend parfois que les pèlerins ont profité de la Confédération Wampanoag, mais Massasoit a initié le contact parce que sa population avait été tellement réduite par la maladie qu'il était tombé en statut et en pouvoir et a dû rendre hommage à la tribu Narragansett voisine alors qu'auparavant, ils le lui devaient. En s'alliant avec les Anglais, il espérait retrouver son ancienne stature – comme il l'avait fait – et le traité était un moyen d'y parvenir.

Premier Thanksgiving

Le récit de la première action de grâce est donné dans l'ouvrage connu sous le nom de La relation de Mourt (publié en 1622 CE, republié en 1841 CE) par Bradford et Winslow, un compte rendu de la première année de la colonie, et dans Bradford's de la plantation de Plymouth (publié en 1856 CE). Le passage de La relation de Mourt est plus détaillé et lit :

Notre moisson étant rentrée, notre gouverneur envoya quatre hommes à la chasse, afin que nous puissions, d'une manière spéciale, nous réjouir ensemble après avoir récolté le fruit de nos travaux. Ils tuèrent quatre en un jour autant de volailles qu'avec un peu d'aide, ils servirent la compagnie près d'une semaine. A ce moment, entre autres récréations, nous avons exercé nos armes, beaucoup d'Indiens venant parmi nous, et parmi les autres leur plus grand roi, Massasoit, avec quelque quatre-vingt-dix hommes, que pendant trois jours nous avons reçu et festoyé, et ils sont sortis et tué cinq cerfs, qu'ils ont apportés à la plantation et accordés à notre gouverneur, et au capitaine [Myles Standish] et à d'autres. (82)

Il n'y a aucune mention ici, ni dans Bradford de la plantation de Plymouth, du Wampanoag invité à la célébration. Très probablement, Massasoit et ses guerriers étaient déjà à proximité pour une autre mission lorsqu'ils ont entendu la décharge des mousquets et sont venus, conformément au traité, pour voir si les colons avaient besoin d'aide. Le premier repas de Thanksgiving était très probablement composé de volaille sauvage (y compris de dinde, comme Bradford le mentionne dans de la plantation de Plymouth, Livre II. ch. 2), du maïs, des haricots, des courges, du poisson, du homard, des anguilles, des moules, avec des baies et des noix pour le dessert et de la bière, du vin et de l'"eau forte" (liqueur) comme boisson. Il n'y avait pas de tartes car les pèlerins n'avaient pas encore de fours et n'avaient ni beurre ni blé pour les croûtes.

Conclusion

Les pèlerins et les Wampanoag vivraient en paix les uns avec les autres jusqu'à la mort des premiers colons et de Massasoit. Edward Winslow a une fois sauvé la vie de Massasoit, et Massasoit a joué un rôle déterminant dans le retour à la maison de l'un des garçons de la colonie, qui s'était perdu et s'était retrouvé avec la tribu Nauset. Le fils de Winslow, Josiah Winslow (l. 1628-1680 CE) et le fils de Massasoit Metacom (également connu sous le nom de King Philip, l. 1638-1676 CE), s'affronteraient en tant qu'adversaires pendant la guerre du roi Philip (1675-1678 CE) qui a éclaté la Confédération de Wampanoag et a mis fin à la souveraineté des Amérindiens dans la région car, après la victoire des colons de Plymouth et des autres colonies, les Amérindiens ont été vendus comme esclaves, exécutés ou déplacés vers l'ouest dans des réserves.

Pendant une brève période, cependant, les colons de Plymouth et les Amérindiens ont occupé une place unique dans l'histoire alors qu'ils se sont regroupés pour s'entraider à survivre dans un monde en évolution, chacun ayant besoin de l'autre pour naviguer. De toutes les colonies établies par les Anglais le long de la côte est de l'Amérique du Nord, seule la colonie de Plymouth a honoré le traité qu'ils ont signé avec les indigènes du pays. Les traités ultérieurs ont certainement été signés et ratifiés mais n'ont pas été honorés ou, s'ils l'ont été, seulement jusqu'à ce qu'ils aient empêché les colons de prendre plus de terres aux indigènes. De tous les faits connus et peu connus concernant les pèlerins, celui-ci seul les rend dignes de mémoire, d'honneur et de célébration.


Faits sur Pékin : 10 choses que la plupart des gens ne savaient pas sur Pékin

La Grande Muraille est un incontournable pour les visiteurs de Pékin.

Pékin, anciennement connue sous le nom de Pékin, est la capitale de la République populaire de Chine.

Nous sommes sûrs que vous le saviez, mais saviez-vous qu'il abrite le plus long mur du monde, ainsi que le plus grand palais du monde ?

Dominant le nord de la Chine, il se passe beaucoup de choses à Pékin. Voici 10 faits intéressants que vous devriez savoir si vous planifiez déjà votre voyage à Pékin, ou si vous commencez tout juste à y penser.


13 faits que vous devez savoir sur le pèlerinage musulman

Chaque année, des centaines de milliers de musulmans entrent dans la ville saoudienne pour l'événement annuel &ndash hajj. Les pèlerins retracent les pas des prophètes et racontent leur dévotion à Dieu. Chaque année, le nombre de participants continue d'augmenter. Voici les faits que vous devez savoir -

  1. L'Islam a cinq piliers - le hajj est le cinquième pilier. Il est considéré comme une obligation pour chaque musulman de se produire au moins une fois dans sa vie s'il en est capable. Les contraintes financières ne sont pas nécessairement considérées comme une raison pour ne pas se lancer dans le hajj - au lieu de cela, les problèmes liés à la santé sont considérés comme excusables. Le hajj est commandé dans le Coran - "Et le pèlerinage à la maison est un devoir envers Dieu pour l'humanité, pour celui qui peut y trouver le chemin" (3:97) - et ses rites ont été établis par Mahomet, mais la tradition musulmane le date retour à Adam et Abraham, qui ont été instruits par des anges dans l'accomplissement des rites. Le hajj était l'un des derniers actes d'adoration publics accomplis par Mahomet avant sa mort.
  2. Ceux qui accomplissent le hajj sont appelés hajjis, et parfois ces individus adoptent le titre devant leur nom après avoir accompli le rituel. Le titre est hautement reconnu au sein de la culture musulmane.
  3. Pendant le pèlerinage, les hommes sont tenus de s'envelopper dans deux morceaux de drap blanc. Les femmes restent dans un hijab couvrant leurs cheveux et leur cou, mais ceux qui portent habituellement des couvre-visages ne sont pas autorisés à le faire pendant le hajj.
  4. Il n'y a pas de ségrégation entre les sexes à la Grande Mosquée pendant le hajj, contrairement à de nombreux autres rites musulmans. Les hommes et les femmes se tiennent côte à côte dans ce que certains ont dit pour montrer l'égalité de tous devant Dieu. Cependant, après le hajj, la ségrégation entre les sexes est à nouveau reconnue.
  5. Les musulmans peuvent visiter La Mecque et les lieux saints environnants à tout moment de l'année, mais le hajj tombe le huitième et le 12 du mois de Dhul Hijjah, le dernier mois du calendrier islamique. Le rituel à n'importe quel autre moment de l'année est appelé "umrah" Umrah signifie "visiter un lieu peuplé".
  6. Le point culminant du hajj tombe pendant la fête islamique de l'Aïd al-Adha, un moment où les musulmans commémorent la volonté du prophète Abraham de sacrifier son fils.
  7. Neuf pour cent des musulmans du monde entier ont déclaré avoir fait le pèlerinage à La Mecque, selon un sondage Pew. Ceux qui vivent plus près de La Mecque sont plus susceptibles d'avoir effectué le hajj. 20% des musulmans égyptiens déclarent avoir terminé le pèlerinage, tandis que seulement 3% des musulmans indonésiens déclarent l'avoir fait.
  8. Le hajj est devenu une industrie majeure, car les voyages peuvent souvent être coûteux. Les forfaits Hajj en provenance des États-Unis coûtent souvent plus de 5 000 $ en devise américaine. En moyenne, 14 500 musulmans américains accomplissent le hajj chaque année.
  9. Les autorités ont été contraintes ces dernières années de limiter le nombre de pèlerins, car de plus en plus de personnes en ont fait la demande ces dernières années. Plus de 3,1 millions de personnes ont effectué le hajj en 2013. Pour accueillir la foule, les autorités saoudiennes ont cherché à agrandir la Grande Mosquée, qui se trouve autour du site le plus sacré de l'Islam, le bâtiment en forme de cube appelé la Kaaba.
  10. De nombreux musulmans du monde entier ont critiqué le gouvernement saoudien pour avoir commercialisé et cherché à tirer profit du pèlerinage. Les musulmans pensent que le gouvernement saoudien entache un événement censé être purement saint et égoïste.
  11. Une grue utilisée pour agrandir la Grande Mosquée de La Mecque s'est renversée, s'écrasant dans la mosquée et tuant plus de 100 personnes par semaine avant le début du hajj de 2015. L'accident a été cité comme l'effondrement de grue le plus meurtrier de l'histoire moderne, le précédent incident le plus meurtrier étant l'effondrement d'une grue de construction à New York en 2008, qui a fait sept morts.

  • Le 31 juillet 1987, des pèlerins iraniens se révoltent, causant la mort de plus de 400 personnes.
  • Le 9 juillet 1989, deux bombes ont explosé, tuant un pèlerin et en blessant 16 autres. Les autorités saoudiennes ont décapité 16 musulmans chiites du Koweït pour des attentats à la bombe après avoir initialement blâmé les terroristes iraniens.
  • Le 2 juillet 1990, une bousculade à l'intérieur d'un tunnel piéton menant à La Mecque a entraîné la mort de 1402 pèlerins.
  • En 1994, une autre bousculade a tué 270 pèlerins.
  • Le 1er février 2004, 244 pèlerins musulmans ont été tués et 244 autres blessés dans une bousculade lors du rituel de la lapidation du diable.

Les musulmans ont travaillé très dur, au fil des ans, pour que le hajj reste un événement sacré. Malgré les ravages et les contraintes financières que l'économie a imposés à la population, les musulmans continuent de laisser leur foi les conduire vers une vision plus large. À mesure que le temps passe et que la modernité progresse, la communauté musulmane devra consacrer ses efforts à maintenir la pureté de son pèlerinage qui change la vie.


9 réflexions sur &ldquo C'est l'heure de Pline ! 10 choses que vous devez savoir sur la bière la plus célèbre de Russian River Brewing Company & rdquo

Je n'aime pas non plus faire la queue. Mais j'aimerais essayer un Pline le Jeune (ayant bu beaucoup de Pline les Anciens). Si cette opportunité se présentait, je la saisirais certainement.

Je suis un partisan de Pline le Jeune (PTY) et de la Russian River Brewing Company (RRBC) et voici pourquoi

En 2016, un très bon ami à moi souffrait d'un cancer du pancréas (stade 4). Il était surtout un gars de cocktail et il & je me réunissais pour le déjeuner quelques fois par mois et prenais un cocktail ou deux. Je lui ai suggéré d'essayer de boire de la bière pour contrer la perte de poids qu'il subissait.

Cet après-midi même, je conduisais dans le centre-ville de Santa Rosa, j'ai remarqué que PTY battait son plein et j'ai été enthousiasmé par l'idée que nous pourrions peut-être aller profiter de ce grand événement !! Ni lui ni moi n'avions jamais goûté à Pliney The Younger, nous ne savions donc pas vraiment ce qui nous attendait. Sur un instinct, j'ai appelé RRBC et j'ai laissé un message vm expliquant que mon ami de 75 ans pourrait vraiment aimer cette opportunité, mais que dans son état de faiblesse, il ne serait pas capable de faire la queue. À ma grande surprise, le lendemain matin, j'ai reçu un appel du directeur me disant que mon ami et moi serions les bienvenus pour visiter sans faire la queue! !

Nous avons coordonné la date et l'heure et bien sûr, à notre arrivée, ils avaient une table pour nous et ont traité mon ami et moi si gracieusement que je serai toujours un fan. Mon ami est décédé quelques mois plus tard, mais je n'oublierai jamais ce sourire qu'il a eu alors qu'il était assis là à savourer l'une de ses dernières grandes friandises dans la vie.

RRBC est plus qu'une simple brasserie. C'est plus qu'une brasserie de renommée mondiale. C'est notre brasserie-brasserie « de la communauté », détenue, exploitée et gérée par des personnes qui montrent leur lien avec notre communauté de plusieurs manières. Alors que les micro-brasseries vont et viennent et que les bières préférées sont exaltées, ma loyauté restera avec le pub local avec un “True Heart”.

Merci beaucoup à vous tous!! Bravo à la mémoire de mon ami disparu !!

Grande histoire. J'ai eu des amis qui sont décédés. Je suis content que vous ayez pu l'y emmener. Bravo à vous. Sois fier de toi.


10 choses que vous devez savoir sur le Dream Act

Bien que j'ai certainement exprimé mon soutien à une sorte de programme de travailleurs invités pour les étrangers illégaux, je ne soutiens PAS le Dream Act. Les démocrates voudraient vous faire croire qu'il s'agit simplement de permettre aux jeunes dont les parents les ont amenés ici illégalement à devenir citoyens. Mais ne l'achetez pas.

1. La loi DREAM n'est PAS limitée aux enfants, et elle sera financée sur le dos d'Américains qui travaillent dur et respectueux des lois.

2. La loi DREAM OFFRE UN PORT SÉCURITAIRE À TOUT ETRANGER, y compris les criminels, contre l'expulsion ou l'expulsion s'ils soumettent simplement une demande.

3. Certains étrangers criminels pourront bénéficier d'une amnistie en vertu de la loi DREAM.

4. Les estimations suggèrent qu'au moins 2,1 millions d'étrangers illégaux seront éligibles à l'amnistie du DREAM Act. En réalité, nous n'avons aucune idée du nombre d'étrangers illégaux qui s'appliqueront.

5. Les étrangers en situation irrégulière bénéficieront d'allocations de scolarité dans l'État.

6. La loi DREAM n'exige pas qu'un étranger en situation irrégulière termine tout type de diplôme (professionnel, de deux ans ou de licence) comme condition d'amnistie.

7. La loi DREAM n'exige pas qu'un étranger en situation irrégulière serve dans l'armée comme condition d'amnistie, et il existe déjà une procédure légale permettant aux étrangers en situation irrégulière d'obtenir la citoyenneté américaine par le biais du service militaire.

8. Malgré leur statut illégal actuel, les étrangers de la loi DREAM se verront accorder tous les droits que les immigrants légaux reçoivent, y compris le droit légal de parrainer leurs parents et les membres de leur famille élargie pour l'immigration.

9. Les étrangers illégaux actuels obtiendront des prêts étudiants fédéraux, des programmes fédéraux de travail-études et d'autres formes d'aide financière fédérale.

10. Il est interdit au DHS d'utiliser les informations fournies par les étrangers illégaux dont les demandes d'amnistie en vertu de la loi DREAM sont refusées pour engager leur procédure de renvoi ou enquêter ou poursuivre la fraude dans le processus de demande.

C'est ce que vous devez savoir. Prés. Obama a rencontré les dirigeants du Congressional Hispanic Caucus et a déclaré qu'il souhaitait que la loi DREAM soit adoptée avant l'ajournement des législateurs en décembre.

Les démocrates de canard boiteux vont essayer de faire passer The Dream Act avec un vote à la Chambre. La présidente sortante de la Chambre, Nancy Pelosi, a provisoirement prévu un vote sur le Dream Act pour le 29 novembre, le Congrès de lundi revient de la pause de Thanksgiving. C'est vrai. CE LUNDI A VENIR. C'est ainsi qu'ils font les choses. Ce sont les mêmes tactiques sournoises que les démocrates ont utilisées avec Obamacare.


10 faits sur le service postal des États-Unis (USPS) que vous devez savoir

Alors, pensez-vous tout savoir sur le service postal des États-Unis ? Probablement pas. Pourtant, le service postal est probablement l'un des organismes gouvernementaux les plus omniprésents, livrant le courrier à chacun d'entre nous presque quotidiennement.

Voici 10 faits que vous devez savoir sur l'USPS :

Fait 1 : Le système qui est devenu l'USPS est antérieur à la Déclaration d'indépendance.

Oui, Ben Franklin, considéré comme le père du service postal, avait été nommé directeur général des postes des colonies britanniques d'Amérique en 1753, après avoir servi depuis les années 1730 en tant que directeur des postes de Philadelphie. C'est à ce moment-là qu'il a commencé à établir le réseau de transporteurs qui deviendrait éventuellement l'USPS.

Franklin a été limogé de son poste par les autorités britanniques pour "activité pernicieuse" en 1774 alors que la résistance dans les colonies américaines commençait à s'intensifier. Il a été renommé en tant que tout premier ministre des Postes en 1775 par le Congrès continental - un poste qui précède d'un an la déclaration d'indépendance.

Richard Bache a succédé à Franklin un an plus tard, en novembre 1776. Franklin continuerait cependant à faire quelque chose de lui-même.

Fait 2 : La lignée des maîtres des postes est ininterrompue depuis Franklin.

Cependant, le poste (et le service postal que préside le ministre des Postes) a changé au fil des ans. Le poste est passé de la nomination par le Congrès continental en 1789, lorsque les présidents ont commencé à les nommer. En 1829, le ministre des Postes est devenu un poste du cabinet. Sous l'administration Nixon, il a été ramené à un poste hors cabinet car le service postal est devenu une entité indépendante.

Franklin reste toujours le plus célèbre des maîtres des postes par une assez large marge, preuve que le poste ne vous vaudra pas forcément la gloire et la fortune. L'actuel ministre des Postes est Megan J. Brennan. Elle a commencé sa carrière à l'USPS en tant que factrice en 1986 et s'est frayé un chemin jusqu'au sommet. Elle est également la première femme à occuper ce poste.

Fait 3: Trois présidents ont été avec l'USPS dans une certaine mesure.

Abraham Lincoln, le président le plus distingué à occuper un poste dans le service, était le maître de poste de New Salem, dans l'Illinois. Il livrerait personnellement le courrier à ceux qui ne le ramassaient pas au bureau de poste de 1833 à 1837, date de la fermeture du bureau de poste. Harry S. Truman était techniquement le maître de poste de Grandview, Missouri, de 1914 à 1915, mais seulement nominalement. Une veuve nommée Ella Hall a fait le travail et a perçu le salaire de 530 $. William McKinley était commis au courrier en Pologne, dans l'Ohio, avant de se lancer dans l'enseignement.

D'autres personnes célèbres surprenantes qui ont travaillé avec le service postal, selon Mental Floss, incluent les acteurs Steve Carrell et Sherman Helmsley (je ne peux que supposer que ce dernier a déménagé dans l'East Side et s'est fait une part du gâteau), un jeune Walt Disney, un William Faulkner souvent intoxiqué (le pire du lot, Faulkner passait son temps à boire ou à jouer aux cartes et jetait parfois du courrier lorsqu'il était forcé de démissionner, il a écrit une lettre qui déclarait " Je vis sous le régime capitaliste, je m'attends à ce que ma vie soit influencée par les exigences des gens riches. Mais je serai damné si je propose d'être à la merci de chaque scélérat ambulant qui a deux centimes à investir dans un timbre-poste& #8221) et le dépliant Charles Lindbergh.

Probably less surprising is another oft-intoxicated author, Charles Bukowski, whose thinly-disguised exploits while with the Postal Service became the material for his best-known book, “Post Office.”

Fact 4: The USPS still uses mule-based delivery. Sérieusement.

Mules and horses played a major part in the formation of the Postal Service. However, we think of them as part of a bygone era. That’s mostly the case, unless you’re the Havasupai Indians of Arizona. They live at the bottom of the Grand Canyon, and it would be difficult for any modified mail van to make it down there. So, mules are used on a special eight-mile trail to bring mail and supplies to the tribe.

The Postal Service currently boasts 47,000 alternative fuel vehicles it’s unknown whether the mules are counted in this total.

Fact 5: There are over 200 federal laws protecting your mail.

In spite of the fact that the USPS only recently went digital with a preview service, your mail could be a lot safer than anything that you send from your Gmail account — especially since there are a ton of laws on the books making sure nobody does anything untoward with your mail.

Among them are 18 U.S. Code Section 1700 (“Whoever, having taken charge of any mail, voluntarily quits or deserts the same before he has delivered it into the post office at the termination of the route, or to some known mail carrier, messenger, agent, or other employee in the Postal Service authorized to receive the same, shall be fined under this title or imprisoned not more than one year, or both”) 18 U.S. Code Section 1701 (“Obstruction of Mails Generally,” punishable by six months behind bars or a fine), 18 U.S. Code Section 1702, (“Obstruction of correspondence,” which probably carries a much stiffer potential sentence of five years because embezzlement and stealing of business secrets are covered under its strictures), and, well, you get the idea. The Postal Service reported 5,538 arrests and 4,679 convictions in 2017 alone.

Fact 6: George Washington was the first president to appear on a stamp.

This seems like pretty much a no-brainer. He first appeared on a stamp back in 1847. He’s also appeared on the most stamps of any president, as well. There are only 23 of the originals left, however I guess collectors weren’t as big back then.

If you want, you can buy one of the originals for the low, low price of $1,100.

Fact 7: The first commemorative stamp was issued in honor of Christopher Columbus in 1893.

Martha Washington was the first woman to get her own commemorative stamp in 1902, while Booker T. Washington became the first minority to be so honored in 1940.

Today, commemorative stamps are pretty much as common as could be. In 2018, we’ll see stamps for musicians John Lennon and Lena Horne, sweater pioneer Mister Rogers and first female astronaut Sally Ride. You can also buy stamps commemorating Illinois statehood, Meyer lemons, bioluminescent life and the peace rose (“one of the most popular roses of all time,” a sneak-peak of the 2018 stamps reads).

Fact 8: The USPS handles 493.4 million pieces of mail per day.

That works out to 5,711 pieces a second. Thanks to online shopping, the Postal Service is actually still very relevant. They shipped 850 million packages during the holiday season last year, an increase of 10 percent over the previous year. This was part of 15 billion pieces of mail handled by the service between Thanksgiving and New Year’s Eve in 2017.

In fact, thanks to Amazon, the Postal Service now delivers certain packages on Sundays — something unthinkable in most of the USPS’ history.

Fact 9: In spite of this, the USPS lost $2.7 billion in fiscal year 2017.

There are still a lot of problems with the Postal Service, as evinced by its relatively sizable loss last year. Some of the issues? According to Forbes, cost control, low-margin package deliveries and using their monopoly on letter carriage to finance these low-margin services.

While mail volume in general is down — five billion pieces in 2017 — parcel size is up (11.4 percent), which means less profit for the Postal Service.

Postmaster General Brennan thinks that the situation is manageable: “Our financial situation is serious, though solvable,” she said. “There is a path to profitability and long-term financial stability. We are taking actions to control costs and compete effectively for revenues in addition to legislative and regulatory reform. We continue to optimize our network, enhance our products and services, and invest to better serve the American public.”

Fact 10: “Neither snow nor rain nor heat nor gloom of night stays these couriers from the swift completion of their appointed rounds” isn’t the Postal Service’s motto.

In fact, the service has no motto, in spite of the famous boilerplate phrase being attributed to them. According to the Postal Service’s blog, “The phrase comes from book 8, paragraph 98, of ‘The Persian Wars’ by Herodotus, a Greek historian. During the wars between the Greeks and Persians (500-449 B.C.), the Persians operated a system of mounted postal couriers who served with great fidelity.”

While it’s not an official motto, it does appear chiseled above what’s arguably the most famous post office in America, the James A. Farley Building at Eighth Avenue and 33d Street in Manhattan.

While it may not be as vital to the nation’s functioning as it used to be, the Postal Service is still a major part of our lives — and, as long as we keep on ordering off of Amazon, it will be for a long time to come. Rest assured it will keep on shipping packages, as well as generating more interesting facts for decades, if not centuries, to come.


5. The fall of Rome strengthened the church in the Middle Ages.

As the Roman Empire declined throughout the Fifth Century, Christianity continued to grow throughout the world. When Rome fell in 476 AD, the Church felt the impact of the barbarian conquest. Christianity had unified as a religion by this time and was declared the religion of the state by Constantine. The hierarchal structure of the church stepped in to fill holes that the empire left. Suddenly, the church became involved in politics and education giving the institution more wealth and power than it had ever experienced.


Crusading Orders

Two important military orders were established in the early 12th century: the Knights Hospitaller and the Knights Templar. Both were monastic orders whose members took vows of chastity and poverty, yet they were also militarily trained. Their primary purpose was to protect and aid pilgrims to the Holy Land. Both orders did very well financially, particularly the Templars, who were notoriously arrested and disbanded by Philip IV of France in 1307. The Hospitallers outlasted the Crusades and continue, in a much-altered form, to this day. Other orders were established later, including the Teutonic Knights.


9. Owen believed that the goal of the Christian life was knowing God.

Before Owen, no one had ever shown clearly how Christians relate to each person of the Trinity. Owen described the goal of the gospel as revealing the love of the Father, who sent the Son as a redeemer of his people, who would be indwelt, provided with gifts, and united together by the Spirit. Owen’s Communion with God is among his most celebrated achievements—and no wonder. It is the exhalation of his devotion to Father, Son, and Spirit, and the discovery of the limitless love of God.


Copiez le lien ci-dessous

Pour partager cela sur Facebook, cliquez sur le lien ci-dessous.

As we look towards Thanksgiving, here are a few interesting facts about those plucky English settlers who established the second major settlement in North America, and what customs, traditions and other cultural baggage they brought with them into the new world.

They really didn’t like Christmas
Puritanism was a movement that sought to reform the Church of England, and among other things, end the historical interdependence between the state and the church and the abolishment of idolatry. This was a viewpoint that ignited slowly across the 1600s, becoming highly popular in the years leading up to the English Civil War, as Parliament questioned the idea of a royal prerogative, handed down by God. Having won the war and executed Charles I, the Puritans set about banning plays, canceling Christmas and generally earning their dour historical reputations. The restoration of the monarchy in 1660 did rather put a kink in their plans, however.

Although by then the residents of New England—a mixture of Separatists, Puritans and Protestants who set off from Plymouth (England) in 1620—were well settled into their new lives and saw no reason to abandon their principles. They didn’t restore Christmas until 1681, although it didn’t really catch on in Boston until the mid 1800s.

They believed in fairies
The Pilgrims belonged to a religious order that came out of the newly-established Church of England and was created during a period in which science was often indistinguishable from magic and therefore hokum. Coming from England, their cultural identities were hugely informed by folklore and ancient tradition. So while they had strong religious beliefs that informed their every decision, they also believed in the supernatural (including fairies), as every beneficiary of that cultural tradition did at the time.

If they liked it then they should have put a thimble on it
Jewelry isn’t a very Puritan thing, even for weddings. So a far more practical object to symbolize a young couple becoming engaged was the offer of a thimble from prospective groom to his blushing would-be bride. And that thimble would be put to good use in the creation of clothes and textiles for the young couples new home, and then the bottom could be cut off and filed down, leaving behind a ring (but no thimble).

They were kind to scholars…
In 1636, the Massachusetts Bay Colony founded the first institute of higher education in what is now the United States. It was named after the College’s first benefactor, a minister from Charlestown called John Harvard who had left it his library and half of his estate in his will. There’s a statue of John Harvard outside University Hall in Harvard Yard, Harvard, to this day.

…but rotten to adulterers.
Mary Latham was eighteen years old and heartbroken. The young man she fixed her eye on had turned her down, so she resolved to take the first offer of marriage that came along. This she did, marrying a much older and richer man, and embarking on a life of drinking, partying and consorting with men.

The year her actions were uncovered—one of her lovers was an English professor called James Britton, who attributed an illness he suffered after the event to the wrath of God—was the same year that Massachusetts passed a law calling for the death penalty in cases of adultery. They were both executed, with a penitent Mary calling out to “all young maids to be obedient to their parents, and to take heed of evil company.”

…and positively medieval to Quakers.
Considering Quakers to be heretics, the leaders of the Massachusetts Bay Colony passed a law in 1658 that prevented them from entering Boston. Should a Quaker man be found, one of his ears would be cut off. Should he come back, the second one would go. And if that wasn’t enough of a deterrent, the third visit would result in a red-hot poker through the tongue. The Quaker women would just be whipped, jailed and (in extreme cases) hanged. It took an intercession from England to demand that these laws be rescinded Boston Puritans were ordered to protect all Christians (except Catholics).

They liked a drink
Reliably clean water is a relatively modern innovation, leaving travelers of the past little choice but to take something boiled, brewed and refined with them on long journeys. Consequently the Mayflower was loaded with more beer than water, and the very first Thanksgiving meal was served with beer, brandy, wine and gin. As the colony progressed, tavern owners developed a social standing that was higher than that of local clergymen, although public celebrations and drunkenness could result in heavy fines.

None of their hats had buckles on
The classic Pilgrim Hat is a black and slightly conical affair, tall-crowned and narrow of brim, as worn by many men and women across Europe from the 1590s until the mid 1600s. It’s called a capotain, but at no point did it feature a buckle across the hat band. That was an invention of the 1800s, and hardly in keeping with Puritan sensibilities at all.

Life was so hard, the children preferred to be abducted by Native Americans
It sounds like a bizarre claim, but it was an observed phenomenon that children who had been abducted and brought up by Native Americans refused to return to their hard life amid the early settlers. Whereas Native American children who had been raised in the European settlements went back to their previous lives very willingly indeed. Granted, the Puritan existence was one of toil and hardship, and the Native American societies were freer, offering equality for men and women and a less stringent work ethic.

In 1707, Eunice Williams, abducted at age 7 by the Kahnawake Mohawks, wore Native American clothing and learned their language, and when her father eventually found her, as he noted, “She is obstinately resolved to live and dye here, and will not so much as give me one pleasant look.”

Naming a child was an act of spiritual prediction,
This isn’t related to the previous thing, but because Puritan communities felt that common names were tainted with the experiences of the wicked world, they named their children according to the morals they wished to raise them to uphold. Consequently some children were blessed with names like Praise-God, Fear-God and If-Christ-had-not-died-for-thee-thou-hadst-been-damned (all from the same family, with the wonderful surname Barebone).

Or how about Job-raked-out-of-the-ashes, Fly-fornication, Handmaid, Reformation, Obedience or Sorry-for-sin? All genuine first names from Puritan families.

Mind you, just because some people opted to use extreme faith as the inspiration for their children’s names, that doesn’t mean everyone did. Other genuine Puritan names include: Wrestling, Fly-debate, Has-descendents, Thanks, Joy-in-sorrow, Experience, Anger, Abuse-not, Dust, Humiliation and Continent. Oh, and Freegift.


Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos